ahurir


ahurir

ahurir [ ayrir ] v. tr. <conjug. : 2>
XVe; « hérisser » 1270; de hure
Déconcerter complètement en étonnant ou en faisant perdre la tête. abasourdir. « Le destin nous ahurit par une prolixité de souffrances insupportables » (Hugo).

ahurir verbe transitif (de hure, tête hérissée) Faire perdre la tête à quelqu'un ; abrutir : Vous l'ahurissez avec vos questions. Frapper quelqu'un d'un étonnement qui le laisse interdit : Cette réponse m'ahurit.ahurir (synonymes) verbe transitif (de hure, tête hérissée) Faire perdre la tête à quelqu'un ; abrutir
Synonymes :
Contraires :
- rasséréner
Frapper quelqu'un d'un étonnement qui le laisse interdit
Synonymes :
- décontenancer
- méduser
- stupéfier

ahurir
v. tr. étourdir, rendre stupéfait.

⇒AHURIR, verbe trans.
Provoquer une réaction très vive (de nature physique et morale) d'étonnement, de trouble, d'abêtissement.
I.— Emploi trans. [Souvent à la voix passive] Ahurir qqn (de, par, sous, etc.). Cf. aussi ahuri II A 2.
A.— [L'idée de surprise domine] Jeter dans la stupéfaction, frapper d'étonnement :
1. D'ailleurs, madame Josserand continuait, ahurissait son gendre par des déclarations extraordinaires...
É. ZOLA, Pot-Bouille, 1882, p. 231.
2. Christophe fit de nouvelles démarches chez des marchands de musique : elles ne servirent à rien. Il trouvait les Français peu accueillants; et leur agitation désordonnée l'ahurissait. Il avait l'impression d'une société anarchique, dirigée par une bureaucratie rogue et despotique.
R. ROLLAND, Jean-Christophe, La Foire sur la place, 1908, p. 669.
3. Je m'étais enfoncée dans une telle solitude que par moments je devenais tout à fait étrangère au monde et il m'ahurissait par son étrangeté; les objets n'avaient plus de sens, ni les visages, ni moi-même : comme je ne reconnaissais rien, il était tentant d'imaginer que j'avais atteint l'inconnu.
S. DE BEAUVOIR, Mémoires d'une jeune fille rangée, 1958, p. 265.
Rem. Synon. abasourdir, ébahir, éberluer, étonner, interdire, interloquer, stupéfier, surprendre.
B.— [L'idée de trouble, de désordre psychique domine] Faire perdre la tête :
4. Quelques minutes avaient suffi pour poudrer à blanc, sous la toile palpitante de la charrette, Isabelle, Sérafine et Léonarde, quoiqu'elles se fussent réfugiées tout au fond et abritées d'un rempart de paquets. Ahuri par les flagellations de la neige et du vent, le cheval n'avançait plus qu'à grand'peine. Il soufflait, ses flancs battaient, et ses sabots glissaient à chaque pas.
T. GAUTIER, Le Capitaine Fracasse, 1863, p. 143.
5. Il [Anatole] madrigalisait avec la femme, l'ahurissait, l'étourdissait...
E. et J. DE GONCOURT, Manette Salomon, 1867, p. 366.
6. Il y aurait de quoi me conduire à Charenton si je n'avais pas la tête forte. D'ailleurs, c'est mon but (secret) : ahurir tellement le lecteur qu'il en devienne fou. Mais mon but ne sera pas atteint, par la raison que le lecteur ne me lira pas; il se sera endormi dès le commencement.
G. FLAUBERT, Correspondance, 1878, p. 175.
7. Jeté près de Frœschwiller (...) il [le soldat de la ligne] avait vu des lueurs rouges filer dans des bouquets de fumée blanche, et il avait baissé la tête, tremblant, ahuri par la canonnade, effaré par le sifflet des balles.
J.-K. HUYSMANS, Les Soirées de Médan, Sac au dos, 1880, p. 132.
8. ... attribuer enfin au suspect de Vincennes l'organisation et la mise en train d'une secte qu'il n'aura peut-être néanmoins ni prévue ni voulue d'aucune manière et dont le développement, s'il avait pu prophétiquement le connaître, ne l'aurait peut-être pas moins ahuri que désolé. À ce pauvre cerveau si peu cohérent, on fait couver de vastes desseins, à ces épaules que nous avons vues si chancelantes, on fait porter un long siècle de manœuvres tenaces.
H. BREMOND, Hist. littéraire du sentiment religieux en France, t. 4, 1920, p. 69.
Rem. Synon. confondre, déconcerter, décontenancer, démonter, dérouter, désemparer, désorienter, effarer, étourdir, méduser, pétrifier, troubler. Anton. rasséréner, rassurer, tranquilliser.
C.— Péj. Rendre stupide, hébéter :
9. L'étonnement de se voir attaché, la vue de tout ce monde qui le regardait, l'ahurissaient, l'abêtissaient davantage. Comme il ne parlait et n'entendait que le patois, il ne put deviner ce que voulait le gendarme. Il levait vers lui sa face épaisse, faisait effort...
É. ZOLA, La Fortune des Rougon, 1871, p. 308.
II.— Emploi pronom., rare
A.— S'étonner, se troubler :
10. Il n'était pas encore bien éveillé. Les paroles de Lisa retentissaient, comme s'il eût déjà entendu les fortes bottes des gendarmes, à la porte de la chambre. Il la regardait, coiffée, serrée dans son corset, sur son pied de toilette habituel, et il s'ahurissait davantage, à la trouver si correcte dans cette circonstance dramatique.
É. ZOLA, Le Ventre de Paris, 1873, p. 756.
B.— Perdre contenance, s'affoler :
11. Contre toute attente, le bourreau-des-faubourgs, bien moins endommagé qu'il n'en avait l'air, se porta si brusquement en avant, que le mâle de la Grésigne, étourdi de cette attaque impétueuse, si contraire aux pratiques habituelles de l'escobard, oscilla sur ses orteils, la clavicule à demi-rompue par ce choc à poings fermés plutôt qu'à mains ouvertes, s'ahurit et manqua de choir en arrière, à la grande ire des rustres, qui s'écrièrent d'une voix unanime, en le gourmandant :
— Tu n'as donc plus de sève?
L. CLADEL, Ompdrailles, 1879, p. 289.
C.— S'abrutir, devenir stupide :
12. ... sachant (...) assez d'escrime, quelque peu de calcul et d'histoire — très peu, crainte de s'ahurir — et toutes les danses connues.
G. D'ESPARBÈS, La Grogne, 1905, p. 18.
Stylistique — Ahurir (et parfois s'ahurir) est noté comme fam. ds la plupart des dict. (Ac. 1798-1932, WAILLY 1808, BOISTE 1834, LAND. 1834, BESCH. 1845, DG, QUILLET 1965), comme vx et fam. ds Lar. Lang. fr.; dans les ex. les plus récents, est plutôt littér. que fam., gén. accompagné d'un cont. expr., au milieu duquel il prend une valeur nettement superl. La réaction se diversifie suivant la nature de la cause qui la provoque : elle affecte plus spéc. les traits du visage qui la manifestent.
Prononc. — 1. Forme phon. :[]. PASSY 1914 indique un [h] facultatif au début de la seconde syllabe. Enq. : /, /. Conjug. agir. 2. Dér. et composés : ahuri, ahurissant, ahurissement.
Étymol. ET HIST. — 1. 1270 part. passé adj. « qui a une chevelure hérissée » (Rob. le Diable, ap. DIEZ, Etym. Wört., v° Hure ds GDF. : La gent barbee et ahurie); vx d'après QUILLET 1965; 2. XVe s. « troubler jusqu'à faire perdre la tête » (Mémor. des grands gest. et faicts en la prov. de Lorhaine ds GDF. Compl. : Et fust li duc Raoul moult amoureusement aheuris de la dicte dame).
Dér. de hure; préf. a-1, dés. -ir.
STAT. — Fréq. abs. litt. :51.
BBG. — BAILLY (R.) 1969 [1946]. — BAR 1960. — BÉL. 1957. — BÉNAC 1956. — BOISS.8. — BRUANT 1901. — Canada 1930. — DARM. Vie 1932, p. 98. — DAUZAT Ling. fr. 1946, p. 12, 13. — ÉD. 1967. — DUP. 1961. — HAUST (J.). Étymologies wallonnes et françaises. Liège-Paris, 1923, pp. 147-148 (Bibl. de la Fac. de philos. et lettres de l'Univ. de Liège, 32.). — LE ROUX 1752. — PRÉV. 1755.

ahurir [ayʀiʀ] v. tr.
ÉTYM. XVe; ahuri « qui a une chevelure hérissée », 1270; de hure « tête hérissée ». → Ébouriffer, fig.
1 Jeter (qqn) dans le trouble, dans la stupéfaction. || Vous ahurissez cet enfant avec, par, de vos questions. Abasourdir, ébahir, éberluer, étonner, surprendre.
1 Le destin nous ahurit par une prolixité de souffrances insupportables. Après cela on s'étonne que les vieilles gens rabâchent.
Hugo, l'Homme qui rit, Conclusion, II.
2 Faire perdre la tête à (qqn). Confondre, déconcerter, décontenancer, démonter, dérouter, effarer, troubler.
1.1 Il y aurait de quoi me conduire à Charenton si je n'avais pas la tête forte. D'ailleurs, c'est mon but (secret) : ahurir tellement le lecteur qu'il en devienne fou.
Flaubert, Correspondance, 1878, p. 175, in T. L. F.
Rendre stupide. Abêtir, abrutir, hébéter.
——————
s'ahurir v. pron.
Devenir ahuri, se troubler jusqu'à perdre le sens.
S'abrutir. || Il s'ahurit de travail.
——————
ahuri, ie p. p. adj. et nom.
1 Qui manifeste un étonnement ou un trouble allant jusqu'à l'hébétude. Étonné; interdit, pantois, stupéfait. || Il était ahuri. || Air ahuri, mine ahurie.Elle était encore tout ahurie de l'événement. || Être, rester ahuri de peur, d'émotion.Spécialt (valeur passive). || Être ahuri de corvées, d'ordres et de contrordres.
2 Ahuri indique encore, d'après ses origines, les marques physiques de l'étonnement.
A. Dauzat, Études de linguistique franç., p. 13.
3 Il y avait des gens ahuris qui sortaient des maisons, qui y rentraient, qui sortaient encore et qui erraient dans la bagarre, éperdus.
Hugo, Quatre-vingt-treize, III, II, III.
4 Pour moi qui n'ai rien tant à cœur que d'y voir clair, je reste ahuri devant l'épaisseur de mensonge où peut se complaire un dévot.
Gide, les Faux-monnayeurs, I, XII, p. 138.
2 Qui manifeste une hébétude, un abrutissement habituel. Abruti, hébété, idiot, stupide. || Deux types complètement ahuris qui ricanaient bêtement.Un esprit, un cerveau ahuri.Un air ahuri.
3 Littér. Empreint d'ahurissement. || Bêtise, ignorance ahurie.
4 N. || Un ahuri, une ahurie : une personne qui exprime un étonnement stupide. || Avoir l'air d'un ahuri.
Personne stupide. Abruti. || Quel ahuri !
5 Je me pris ainsi d'une fausse passion pour une charmante ahurie qui avait si bien lu la presse du cœur (…)
Camus, la Chute, p. 116.
CONTR. Rasséréner, rassurer, tranquilliser.
DÉR. Ahurissant, ahurissement.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • ahurir — AHURIR. v. a. Interdire, étonner, rendre stupéfait. N ahurissez pas cet enfant. Il est familier. Ahuri, ie. participe. Interdit, stupéfait. Il est tout ahuri. Il est fam …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • ahurir — un homme, est l estonner tellement, qu il ne sçache qu il doit faire ou dire, le mettre au bout de son sens, Obtundere, Stupefacere, Attonitum reddere …   Thresor de la langue françoyse

  • ahurir — vt. aplati <aplatir> (Thônes). A1) ça l a (laissé) ahuri : on n arè dè la lnà à son plyin <on aurait dit ahurir la lune à son plein // la pleine lune> (Albanais). A2) être ahuri : fâre de jû ma on sha ke kâke de krwize <faire des… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • AHURIR — v. a. Jeter dans le trouble, interdire, étonner, rendre stupéfait. Vous l avez ahuri à force de questions. N ahurissez pas cet enfant. Il est familier. AHURI, IE. participe, Interdit, stupéfait. Il est tout ahuri.   Il s emploie quelquefois… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • AHURIR — v. tr. Jeter dans le trouble étonner fortement. Vous l’avez ahuri à force de questions. N’ahurissez pas cet enfant. Il est familier. Le participe passé AHURI, IE, signifie Qui est interdit, stupéfait. Il s’emploie quelquefois comme nom. C’est un… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • ahurir — (a u rir) v. a. Étonner, interdire, troubler. Vous ahurissez ce pauvre enfant par votre brusquerie. HISTORIQUE    XIIIe s. •   La gent barbée et ahurie, Robert le Diable, cité dans Diez, Etym. W.. ÉTYMOLOGIE    À (voy. à) et hure (voy. hure).… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • hurir — ahurir …   Dictionnaire des rimes

  • ahurissement — [ ayrismɑ̃ ] n. m. • 1853; de ahurir ♦ État d une personne ahurie. ⇒ étonnement, stupéfaction. « l ahurissement à demi somnambulique » (Bourget). Dans un état d ahurissement. ⇒ hébétude. ● ahurissement nom masculin État de quelqu un qui est ahuri …   Encyclopédie Universelle

  • ébouriffer — [ eburife ] v. tr. <conjug. : 1> • mil. XVIIIe fig.; de ébouriffé 1 ♦ Relever en désordre (les cheveux). ⇒ écheveler, hérisser. 2 ♦ Fig. et fam. Surprendre au point de choquer. ⇒ ahurir. ● ébouriffer verbe transitif (provençal esbourrifa,… …   Encyclopédie Universelle

  • ahurissant — ahurissant, ante [ ayrisɑ̃, ɑ̃t ] adj. • fin XIXe; de ahurir ♦ Qui ahurit. ⇒ confondant, époustouflant, étonnant, sidérant, stupéfiant. Une nouvelle ahurissante. « Devant le gîte d étape de Moussaren, ahurissant tam tam » (A. Gide). Par ext.… …   Encyclopédie Universelle